La tranquillité doit être distinguée de la sécurité qui reste l’une des prérogatives régaliennes de l’Etat. Prévenir les incivilités, les conflits interpersonnels, les occupations abusives d’espaces, empêcher autant que faire se peut le passage à l’acte délictueux, voilà quels peuvent être les enjeux d’une politique de tranquillité.

« Paix et tranquillité, voilà le bonheur » (proverbe chinois)

tranquillité résidentielle médiactionDans des espaces partagés par des publics variés et parfois sensibles, la tranquillité, c’est avant tout un bien commun qui se caractérise par l’absence de trouble ou de nuisance pouvant gêner les personnes présentes dans l’environnement.

La tranquillité, c’est encore une forme de vie sociale dans laquelle les liens entre les individus existent, sont préservés et de qualité. En tout cela, la tranquillité représente un facteur essentiel de qualité de vie, le fondement du bien vivre ensemble.

Tranquillité résidentielle

tranquillité résidentielle médiactionDe leur côté, les bailleurs sociaux ont un certain nombre d’obligations légales en ce qui concerne la tranquillité résidentielle en tant que garants de la jouissance paisible du bien loué sur leur patrimoine. Divers phénomènes agissent au sein de ce territoire : chômage, trafics de stupéfiants, conflits interpersonnels, violences urbaines, gangs…

Les bailleurs doivent se prévenir de la petite délinquance, d’espaces communs occupés, de nuisances sonores, de comportements agressifs, de dégradations du bâti, de tous types d’incivilités… Autant de troubles à la tranquillité des locataires qu’il convient de prévenir et / ou d’endiguer.

Pour cela, Médiaction intervient en tant que prestataire et agit en lien avec l’ensemble des partenaires concernés (CLSPD, police, justice, éducation nationale…). Médiaction est un facilitateur du partenariat dans la mesure où elle apporte une véritable valeur ajoutée au dispositif global de sécurité.